lettre au père

Ces lettres qu'on écrit et que l'on n'envoie pas . . . Faites vous partie de ces personnes pour qui l'écriture est libératrice et bienfaitrice ?

L'écriture, comme une invitation à la lenteur, comme un éveil des sens en griffonnant sur un bout de papier ses joies, ses peines, ses doutes, ses projets, son amour, ses rancœurs . . . Et puis envoyer les mots. Ou bien les conserver voire les détruire. Ce qui est écrit fait parfois moins de bruit en soi. Ou pas : quelques doutes au sujet de Kafka 😉

Au-delà d'une simple lettre dans laquelle Franz Kafka évoque son inaptitude au mariage et en impute l’échec à son père et à lui-même, ce document permet de comprendre l'univers kafkaïen. Extrait :

cliquez pour agrandir
cliquez pour agrandir
cliquez pour agrandir
cliquez pour agrandir

Cette lettre sera finalement lue par sa soeur après l'avoir déposée chez Milena Jesenská avec qui il a entretenu une correspondance passionnée. Art Mengo en a fait une chanson :

" Ce qu'on ne peut pas dire, il ne faut surtout pas le taire, mais l'écrire. " - Jacques Derrida

NB : comme expliqué dans mon premier post, ces billets sont une invitation à aller plus loin. Mon envie n'étant pas d'être exhaustive sur un sujet : je n'en ai pas les compétences, ou le temps. Ou les deux.