glop glop pas glop blog

Mettre en ligne ou ne pas mettre en ligne un blog ? Telle était ma question jusqu'à ce soir. Ce site Jimdo en propose un. Allez, zou, j'en profite.

Le blogging, j'ai croisé son chemin dans les années 2000. Le premier, pour informer les parents des journées de leur enfant, lorsque j'occupais des postes saisonniers de directrice ACM. Le second, durant mes études de concepteur en communication visuelle à L'IDEM. C'était sympa, c'était nouveau, l'expression digitale était bien plus libre et moins nombreuse qu'aujourd'hui. C'est du moins ce que je ressentais et qui me permettait d'être très créative, et dans mes écrits, et dans mon expression artistique. Notre monde virtuel a quelque peu changé (euphémisme). J'en suis désormais davantage spectatrice. De plus, pour reprendre l'humour de François Marchand : "Tout blogueur est un crypto-kikoolol ou un kikoolol déclaré. Ouvrir un blog signifie polluer la planète de sa prétention. Ça ne viendrait pas à l'esprit d'un être normal." Soit 😉 Ne souhaitant pas faire preuve de prétention car considérant que je ne détiens aucune science infuse, j'opte pour un blog avec ce schéma : des extraits de lectures en lien avec les thématiques abordées sur ce site, des pistes de réflexion voire un encouragement à feuilleter le livre. Un billet qui se termine par une vidéo. Parfois, souvent, une musique. La musique a ce don de donner du corps au mot. Que le mot devienne musique, telle la poésie qui en est la preuve : sonorité, rythme, silence, harmonie ... J'ai été professeur d'activités artistiques, musicales et scéniques. La musique est toujours aussi présente dans ma vie professionnelle. Comme ici.

Un blog que je dédie à l'un de mes héros d'enfance : Pif le Chien et ses " Glop glop, pas Glop ! " sautillants.

Comme ce pois dont je n'ai jamais élucidé le mystère . . .